La poussière de la litière du chat : attention danger !

Un laboratoire d’analyse minéralogique lyonnais annexé à l’hopital Saint-Joseph Saint-Luc a publié une étude très sérieuse pour prévenir des possibles dangers générés par les poussières de litières – particulièrement réel lorsqu’il s’agit de litière à base de silicium (composant principal de la litière en silice)

En effet, nous l’avons constaté comme vous, lorsqu’est déversé le complément de litière en silice dans un bac à litière, une quantité plus ou moins importante de poussière s’échappe. Votre chat, comme vous-même, pouvaient potentiellement respirer cette poussière.

Voyons plus en détail ce que révèle cette étude menée il y a déjà 5 ans et pourtant toujours d’actualité.

Quel est le danger de la poussière de litière pour l’homme ?

C’est surtout à l’occasion du changement de la litière que ces poussières peuvent être dégagées dans l’atmosphère de l’habitation, entrainant à terme un risque accru de maladies pulmonaires.

Alors que les valeurs des ces poussières fines ne devrait pas dépasser les 100 microgrammes par mètre cube, celles mesurées juste après le changement de la litière ont atteint jusqu’à 20000 microgrammes et restent présentes au delà de 500 microgrammes plus de dix minutes après.

Sachant qu’environ 26% de la population française possède un chat à la maison, le risque lié aux poussières cachées dans l’habitation est assez conséquent.

poussière de litière en silice dangereuse pour le chat aussi

Quel est le danger pour l’animal de compagnie ?

La poussière généré lors du changement de la litière peut également mettre en danger l’animal qui utilise le bac à litière.

Comme pour l’homme, la poussière fine va se coller sur les parois pulmonaires du chat et potentiellement créé des difficultés pulmonaires importantes.

Si la poussière est dangereuse pour l’homme, imaginez les dangers qu’elle représente pour le chat qui a des poumons bien plus petits.

Comment limiter le risque lié aux poussières de litière ?

Michel Vincent, pneumologue du laboratoire du centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc de Lyon, confié à l’époque dans les colonnes du Progrès de changer la litière à l’extérieur des habitations et/ou de privilégier un substrat d’origine végétale ou à base d’argile.

L’utilisation de doublure en plastique et certains systèmes automatisés pour la litière du chat (mécaniques ou électriques) permettent de réduire la production de poussière pendant l’entretien de la litière de votre chat.

Sources d’informations :